Faux positif ou négatif ?

Mardi, je suis allée chez le médecin. Je ne supportais plus les douleurs que j’avais. Sur une échelle de 1 à 10, je les évaluais entre 8 et 9, et j’avais l’impression que si je ne faisais pas quelque chose, avoir aussi mal toute la sainte journée allait finir par me rendre cinglée. J’avais un rendez-vous le matin et entre me plier en deux et pousser des grognements de douleur, je me disais que j’avais vraiment un problème.

Je suis donc allée chez mon médecin. Elle m’a posé dix milles questions, m’a auscultée mais elle ne semblait toujours pas comprendre mon état. Finalement, elle m’a envoyé faire une prise de sang pour vérifier si je n’étais pas enceinte parce que « Bon, je t’explique pourquoi. Il y a deux semaines, il était négatif donc ne t’inquiète pas trop mais selon ce que tu me décris, ça pourrait être une grossesse extra-utérine, il faut absolument qu’on sache. Je ne devrais pas avoir les résultats avant demain donc s’il y a un soucis, je t’appelle. Sinon, c’est que tout va bien. ».

Je suis donc allée faire la prise de sang et contrairement à la dernière fois, j’étais complètement détendue. Si l’ancien était négatif, je n’avais pas de soucis à me faire, étant donné que je n’avais pas revu le Sexy Boy depuis.

Après ça, Julien est venu boire un café chez moi. A 18h10, je l’ai raccompagné à l’arrêt de bus et là, j’ai vu un appel manqué du médecin.

Moi: Oh mon dieu, c’est le médecin. 
Julien: Et alors ? Rappelle.
Moi (tremblante): Non. J’attendrai demain. Elle ne devait appeler que s’il y avait un problème. Je veux pas savoir. Je veux passer une dernière soirée tranquille, au moins. 

Moins d’une minute plus tard, alors qu’on marchait, mon téléphone s’est remis à sonner. C’était encore le médecin. Le coeur battant à tout rompre, j’ai décroché.

Médecin: Bibi, j’ai reçu tes résultats. Alors euh… je sais pas… il est positif. A causes de tes douleurs et de tes saignements, il faut que tu descendes ce soir aux urgences gynécologiques pour faire une échographie.

Je me suis mise à pleurer. Elle a compris.

Médecin: Bibi ? Est-ce que ça va ?
Moi: Je m’attendais pas à ça.
Médecin: Ecoute-moi, le taux est faible, il est à 37 c’est… Y a rien de sûr. Mais il faut qu’on vérifie, il faut que tu fasses cette échographie. C’est toi qui est importante, d’abord, dans cette histoire et il faut qu’on écarte le danger alors tu vas devoir y aller ce soir. 

On a fini par raccrocher et quelques pas plus tard, Julien et moi étions sous l’arrêt de bus.

Moi: C’est positif, Julien. 

Il a pris ma main pendant que je continuais de pleurer. Je n’aimais pas ces marques d’affection, ces contacts mais j’ai laissé parce que j’étais contente de ne pas être seule.

Julien: C’est encore assez tôt pour l’enlever, t’en fais pas pour ça. 

Je n’ai pas répondu à ça. J’ai appelé Laurence:

Moi: Putain Laurence, c’est positif. Le dernier test de grossesse est positif.
Laurence: Oh mon dieu, Bibi… 
Moi: Je dois aller à l’hôpital faire une échographie en urgences parce que je suis peut-être en danger, enfin, j’ai pas trop compris. Elle m’a dit que c’était pas sûr parce que le taux était faible. Je suis dans la merde. 

Elle m’a dit de me calmer et de rester positive. Julien a décidé de m’accompagner pendant que, de mon côté, je pensais à deux choses:
1- Comment dire ça à ma mère ?
2- Le Sexy Boy, à moins d’un kilomètre de moi au moment où j’apprenais tout ça, et qui, lui, ne devait se faire aucun soucis.

Ma mère n’a pas très bien réagi. Mais en pleurant, je l’ai suppliée de choisir un autre jour pour me faire la morale. Elle a quand même tenu à me dire que pour elle, le Sexy Boy n’était qu’un enfoiré et d’autres mots tout aussi peu agréables à entendre. Je n’ai rien dit. Julien, lui, a ouvert la bouche pour annoncer à ma mère qu’il m’avait prévenue que c’était pas une bonne idée de voir ce gars-là. Merci, Ju’.

En arrivant à l’hôpital, on a constitué mon dossier et on attendu dans la même salle d’attente que des familles qui attendaient qu’un de leur membre ait fini d’accoucher et d’autres femmes dont on ne pouvait pas douter qu’elles étaient enceintes. Et moi ? Est-ce que je l’étais ? Je trouvais le temps long. Personne ne parlait. Ma mère me fusillait du regard. Julien me souriait, gêné.

Finalement, on m’a appelée. J’y suis allée. Ca a commencé par une série de questions pour savoir ce que je faisais réellement chez eux.

Moi: Mon dernier test de grossesse était positif. Et comme j’ai des douleurs et des saignements, mon médecin tenait à ce que je fasse une échographie. Mais elle m’a dit que ce n’était pas sûr que je sois enceinte.
Interne: D’accord. Hum mais, si le test était positif, c’est qu’il est positif. 
Moi (pensant): Super… 

Encore une série de questions et je passais l’échographie. Tout ce que j’ai retenu c’est:

echo

Interne: Alors il y a *trucs de médecins que je comprenais pas du tout* qui pourrait être le signe d’un début de grossesse mais je ne vois rien. Ca peut-être parce que vous êtes en tout début de grossesse et que c’est trop petit pour qu’on puisse le voir maintenant, soit parce qu’il est mal placé ou soit, parce qu’il n’y a rien. On va refaire un test de grossesse, nous, pour voir si on a les mêmes résultats que dans le labo qui vous a fait la vôtre cet après-midi. Si c’est le cas, il faudra refaire un test dans deux jours pour voir parce que si vous êtes enceinte, le résultat aura doublé. Vous aurez les résultats dans une heure et demi. Ca serait mieux que vous attendiez dans la salle d’attente au lieu de partir. 

J’ai posé encore quelques questions, à mon tour. Dont la plus importante:

Moi: Si je suis enceinte, ça sera forcément une grossesse extra-utérine ? 
Interne: Non. Comme je vous l’ai dit, peut-être qu’il est juste trop petit, encore, pour être vu. Ca pourrait aussi être une grossesse viable.

J’ai fait ma prise de sang et suis repartie en salle d’attente. Lorsque j’ai dit à ma mère qu’on devait attendre encore 1H30 pour les résultats, elle est sortie faire un tour. Je suis restée seule avec Julien.

Je me sentais un peu comme vidée de toutes émotions. J’avais déjà assez pleuré. Je me disais que Karma savait ce qu’il faisait. Moi non. J’accepterai le plan qu’il aurait pour moi.

Je pensais au Sexy Boy. Etais-je vraiment en train de porter son bébé ? Je n’avais pas envie qu’il fasse partie de ma vie comme ça… Qu’est-ce que j’avais foutu ? Et pourtant, j’étais toujours incapable de lui en vouloir. Je ne savais pas s’il fallait lui dire quelque chose ou non.

Et s’il y avait bien une « grossesse en cours », était-elle viable ou non ? J’en avais marre d’entendre Julien a côté de moi me parler d’avortement.

Moi: Tu préférerais entendre que j’ai un triple cancer ou que je suis enceinte et que je garde le bébé ?
Julien (sérieux): J’en sais rien. Dans les deux cas, pour moi, tu serais condamnée. 

J’ai trouvé ça très dur. Ca faisait plus de quatre ans qu’on se côtoyait et c’était la première fois qu’il me parlait de cette façon. Aussi durement.

Ma mère n’est pas revenue de toute l’heure et demi. Julien a quand même réussi à me détendre et me faire rire un peu mais plus l’heure du verdict approchait, plus je stressais. On a fini par m’appeler.

Interne: Bonne nouvelle pour vous: c’est négatif. Le faux positif du labo cet après-midi a pu être causé par une erreur de manipulation ou alors c’est à cause de la pilule. Rassurez-vous. 

J’étais contente, je suis sortie, ai annoncé la bonne nouvelle et on est rentrés.

Hier, j’ai appelé mon médecin, comme elle le souhaitait, pour lui donner des nouvelles. Et puis j’ai fini par lui poser la question qui me brûlait les lèvres depuis que j’avais quitté l’hôpital, la veille.

Moi: Est-ce que c’est sûr, maintenant ? J’ai fait un faux-positif ou est-ce que c’est possible que ce soit le test d’hier soir qui soit faux ? 
Médecin: Eh bien… Je… Bon, on peut en refaire un dernier si ça peut te rassurer, d’accord ? Parce que bon, ça me gêne, de mon côté, c’était positif. Je suis vraiment désolée de t’avoir inquiétée, hier.
Moi: Non, ne vous en faites pas. C’est vrai que ça m’a fait un choc.
Médecin: Ce n’est jamais évident de dire ce genre de choses au téléphone et puis bon, tu m’as demandé la pilule, je me doutais bien que tu ne voulais pas tomber enceinte… On va revérifier tout ça, histoire de se rassurer, tout simplement. 
Moi: Merci ! 

Le soir, j’ai envoyé un message au Sexy Boy. J’avais peur de sa réaction. J’avais discuté avec Rominou et Julien de comment ils prendraient la chose et franchement, c’était pas rassurant. Entre signer une décharge pour que la fille ne leur demande jamais rien et la pousser à avorter, je me demandais bien ce que le Sexy Boy allait pouvoir me sortir.

Eh bien, voilà ce qu’il a répondu: « Salut ça va ? C’est impossible que tu sois enceinte. J’espère que tu n’as pas de problèmes de santé ! ».

Il se foutait de moi, là, je croyais. Comment on avait pu passer de « Je crois qu’il y a eu un problème. J’espère que tu ne tomberas pas enceinte » à « Non, c’est impossible que tu sois enceinte » ?. Il me faisait halluciner.

Au final, j’ai refais la prise de sang ce matin. Le médecin ne m’a pas appelée. Je suis sûre, maintenant, que je ne suis pas enceinte. Enfin, la journée n’est pas encore finie mais je pense que Karma m’en a assez fait baver, comme ça. Je vais souffler un peu, maintenant.

Une Réponse à “Faux positif ou négatif ?”

  1. 010446g dit :

    eh! Bien, dis-donc! ça en fait des angoisses!
    Soit dit en passant, si S B voulait être sûr que tu ne sois pas enceinte, il existe un truc appelé préservatif….Pas courageux le mec!
    Allez! tout est pour le mieux de ce côté, reste à trouver les raisons de tes saignements… J’espère que le kyste n’y est pour rien.
    Courage! bises

    Dernière publication sur le radeau du radotage : Présence capricieuse...

Laisser un commentaire

La vie d'une adolescente |
Adaytoremember |
Viesoleil |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Un cri sauvage et désespéré
| Les femmes séduites
| Notreangebaptiste