Fin du Game.

C’est fini avec le Sexy Boy.

giphy-facebook_s

Au final, ça n’aura pas duré bien longtemps. Un mois. Un peu moins, même.

La dernière fois qu’on s’est vus, pourtant, on s’est quittés comme si on allait se revoir. Il m’a sorti son emploi du temps.

Sexy Boy: Mercredi ça va être difficile. Jeudi, ça sera pas possible. Samedi, c’est mort. 

J’ai écarquillé les yeux, déjà, en voyant le « crescendo » (Le vrai nom de la figure de style, je l’ai oubliée, hein) qu’il avait utilisé, probablement sans faire attention.

Sexy Boy: Donc, ça sera vendredi ou dimanche, je te tiens au courant. 

Il n’a pas cité lundi et mardi parce que ce sont les deux jours où il est en cours, c’est impossible.

Moi: T’as vraiment un emploi du temps de dingue, c’est fou ! Je sais pas comment tu fais. Bon courage, en tout cas. 

Un sourire et un baiser (ou deux ou trois) plus tard, j’étais dehors.

Je n’ai jamais revu le Sexy Boy.

Il m’a annoncé qu’il pensait qu’il y avait eu un problème et qu’il espérait que je ne sois pas enceinte.

J’ai passé une semaine épouvantable. Je suis sortie de chez moi parce que j’avais des rendez-vous à droite et à gauche mais je regardais les femmes enceintes autour de moi d’un tout autre oeil que celui, attendri, de d’habitude. Je ne pouvais pas être enceinte. Pas maintenant. Pas d’un garçon que je ne connaissais pas, que je n’aimais pas. Pas alors que j’allais commencer un boulot. Pas dans cette situation.

Qu’allait penser ma famille de moi ? Qu’allait faire le Sexy Boy ? Qu’est-ce que j’allais faire, moi ? J’en avais parlé à Laurence et Cécile.

Laurence: Bibi, je suis sûre que tout va bien, arrête de stresser.
Moi: J’ai vraiment trop peur. Je peux pas avoir un bébé maintenant. C’est mort. Je suis pas assez mature. Putain, je suis cinglée, tout le monde le sait. Et j’ai jamais eu envie de grandir. Je suis vraiment pas prête. Je crois que j’avorterai.

Cécile: Putain de merde, Bibi ! Vous les hétéros, vous êtes vraiment dégueulasses !!!!
Moi: T’es sérieuse, là ? Est-ce que je dois te rappeler, Mademoiselle Lesbienne, qu’il y a deux ans, tu m’as avouée être en train de flipper d’être tombée enceinte de ton meilleur ami qui a déjà une copine ? C’est vous qu’êtes dégueulasses ! Et puis, sérieusement, inutile de me faire la morale, là. Rien ne pourra être pire que ce qui se passe dans ma tête en ce moment.

 

Je suis allée à l’église et j’ai prié pour ne pas tomber enceinte, pour qu’aucun bébé ne vienne perturber ma petite vie.

Finalement, mardi, j’ai eu des saignements. J’étais probablement la personne la plus heureuse du monde. Je me suis empressée de commencer la pilule pour que tout ça n’arrive plus jamais. Mais voilà, plus de saignements. RIEN DU TOUT. Je n’en avais eu qu’un. Ce qui n’était pas du tout normal.

Alors le lendemain, le mercredi, donc, je me suis réveillée et fait des recherches sur internet. Grossesse et saignements. Alors ça pouvait être normal en début de grossesse mais ça pouvait aussi être le signe d’un « avortement spontané ».

ventre-coeur

J’ai dit à ma mère que j’avais des saignements bizarres et que j’allais chez le médecin.

Mamounette: Bibi, est-ce que tu es enceinte ?

J’avais envie d’arrêter de mentir, au moins cette fois.

Moi: Je sais pas. J’espère pas. 
Mamounette (dans un soupir): Mon dieu… Je n’espère pas pour toi, moi aussi. 

Alors j’ai été voir le médecin, je lui ai raconté et il m’a envoyé faire un test de grossesse la minute d’après. Il m’a dit que la pilule pouvait arrêter brusquement les règles. Mais il a aussi parlé d’un cas où j’étais enceinte, qu’il pouvait s’agir d’un décollement de l’oeuf ou d’une fausse couche.

C’était quatre jours après avoir vu le Sexy Boy. Est-ce qu’on pourrait vraiment savoir ? Est-ce qu’il y avait un risque que le test ne soit pas correct ? J’ai fait la prise de sang. Je devais avoir les résultats le lendemain matin à 10h.

Le soir, j’ai vu Cécile.

Moi: J’ai réfléchi, tu sais. Je crois que tu me connais assez pour savoir ce que je ferai si je tombais enceinte… 
Cécile (fronçant les sourcils):…
Moi: Je pensais que j’avorterai et que ce serait fini mais je sais bien que j’en serai incapable. Le jour où j’ai appris que Muriel avait avorté, c’est moi qui ai fondu en larmes parce que je ne comprends pas comment on peut être capable de faire ça. Si jamais je suis enceinte, Cécile, je garderai le bébé. 
Cécile: Putain, Bibi, non !
Moi: Un jour, il faudra choisir entre le bien et la facilité. Ca serait bien plus facile d’avorter. Tu pensais vraiment que j’allais pouvoir prendre la facilité ? 
Cécile: Tu es intelligente ! Je pensais que tu aurais assez de bon sens pour choisir la facilité, oui ! Tu peux pas faire ça. 
Moi: Je suis pas comme toi. 

J’avais les nerfs à fleur de peau. J’avais l’impression d’avoir dix milles symptômes qui me démontraient que j’étais enceinte.

Le lendemain, j’ai pris les résultats et sans les ouvrir, j’ai foncé chez Les Double L où j’ai demandé à Laurence de les ouvrir pour moi et de les lire.

Laurence (prenant l’enveloppe): Bibi, arrête de stresser, je suis sûre qu’il y a rien. 

Elle a déplié le papier, j’avais le coeur qui battait à cent à l’heure. Elle a froncé les sourcils, d’abord, puis secoué la tête. Je ne savais pas ce que ça voulait dire.

Laurence: Y a rien, t’inquiète ! 

J’ai poussé un gros soupir de soulagement. Je n’étais pas enceinte. L’avais-je été ? Je n’en avais aucune idée. J’espérais de tout mon coeur que non.

Après ça, j’ai eu l’impression d’avoir changée. D’un côté, je m’étais presque préparée à être enceinte et ça m’avait fait comme grandir d’un coup, sans que je le veuille. Et le Sexy Boy ?

Moi: Je sais même pas si je dois raconter tout ce qui s’est passé dans ma tête au Sexy Boy. Ca nous avancerait à rien. Et en même temps, c’est de sa faute, tout ça ! Je sais pas si j’ai envie de le revoir. Je sais pas si je serai encore capable de le regarder dans les yeux. Dans ses magnifiques yeux bleus. 
Cécile: Tu sors de loin, Bibi. Peut-être que ta vision de votre relation a changé…

Au final, la décision n’est pas venue de moi (et tant mieux, au final, parce que je ne sais toujours pas si j’aurais accepté de le revoir ou pas). Le Sexy Boy n’a plus jamais donné de nouvelles.

Je me suis demandé si je lui en voulais. Je me suis demandé s’il fallait absolument mettre un terme officiel à une relation qui ne l’était pas. Et les réponses sont « non ». Je lui suis reconnaissante. Je garderai un très bon souvenir du Sexy Boy, malgré ce qui s’est passé. On ne s’était rien promis. Jamais. Alors il pouvait bien tout arrêter, comme ça, il ne me devait rien. Pas d’explication. Pas de long discours. Rien.

Et vous savez quoi ? Lorsqu’on n’attend rien d’une personne, on ne peut pas souffrir. Alors une nouvelle semaine a commencé et avec elle, de nouvelles promesses pour des jours meilleurs.

Je crois que Le Sexy Boy pourrait bien être ma meilleure rencontre de cette année. Quelqu’un le détrônera-t-il avant le 1er janvier 2016 ? J’en doute. J’ai grandement besoin d’une pause, là.

(Voici l’image que Laurence m’a montré en assurant qu’elle ne pouvait pas la regarder sans penser à moi et rire. Bonjour l’humour bien noir, quand même. Merci, cousine !)

01

Une Réponse à “Fin du Game.”

  1. 010446g dit :

    EHbien, voilà! Tu as mûri d’un coup.
    DANS TOUTE EPREUVE IL FAUT SAVOIR TROUVER LE POSITIF;
    tu ne regarderas plus les jeux de la même manière
    J’ai respiré pour toi à la conclusion
    Je te fais cent bisous de soulagement.

    Dernière publication sur le radeau du radotage : Concours de terrophiles

Laisser un commentaire

La vie d'une adolescente |
Adaytoremember |
Viesoleil |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Un cri sauvage et désespéré
| Les femmes séduites
| Notreangebaptiste