Le premier qui tombe amoureux a perdu.

Ca fait tellement longtemps que je ne suis pas venue. Aujourd’hui, je ne parle pas du rouquin, et encore moins d’Alexandre. Je parle de quelqu’un d’autre. Un garçon, toujours, mais qui n’arrivera pas à me faire souffrir, je l’espère.
Je suis revenue sur mon blog il y a quelques jours et j’ai revu la partie sur Alexandre. Parce que je lui ai consacré une partie entière. Ca fait des mois qu’on ne s’est pas échangé un seul mot, je crois. Ca ne me manque pas plus que ça. Je savais que tôt ou tard, la douleur se transformerai en colère et lorsque j’arriverai à ce stade-là, ça serait plus facile de pardonner et d’oublier. C’est comme ça que je fonctionne. Alors j’ai attendu, j’ai souffert, j’ai pleuré, j’ai ruminé et puis un jour, j’ai pensé à lui en me disant que c’était un sacré enfoiré quand même. Qu’après tout ce que j’avais fait pour lui, il m’envoyait bouler comme ça, comme si je n’avais jamais compté. Qu’il pouvait bien aller se faire foutre, alors ! Et puis un autre jour, j’ai demandé pardon d’avoir dit tout ça, d’avoir pensé des choses aussi terribles sur lui et je me suis dit que c’était fini, que c’était bien le temps que ça avait duré et qu’il fallait continuer le livre, maintenant, même si je n’aimais pas le dernier chapitre. Alors c’est ce que j’ai fait.
Zut, finalement, j’aurais quand même parlé d’Alex. Bon, tant pis.
Qu’est-ce qui s’est passé, après ça ? Je me suis désinscrite du site de rencontres. Laurence arrêtait pas de me dire que je rejetais tous les mecs qui essayaient de m’approcher rien qu’un peu et que j’étais à la limite d’être méchante lorsque je ne l’étais pas carrément. Et elle avait peut-être raison. Je n’avais pas envie de m’attacher à quelqu’un. Si c’était pour rester bloquer à La Réunion pour un mec avec qui ça serait fini dans un an ou moins, et le regretter pendant des milliers d’années, non merci. Je me sentais bien comme ça. Libre comme le vent, le coeur plus ou moins léger, la conscience tranquille, menant une vie paisible. C’était vraiment chouette.
Oui, mais après ???
Ma mère est revenue. Et l’été est sur le point de revenir, lui aussi. Mon cher été avec ses températures extrêmes que j’adore. Mon cher été qui fait que je veuille m’allonger sur un transat dans mon jardin pour bronzer avec une menthe à l’eau. Mon été pendant lequel j’allais enfin pouvoir découvrir mes jambes au soleil.
J’avais besoin d’une jupe. Une jupe en mousseline. Alors lorsque mamounette est revenue, on est parties dans son magasin de couture préféré. Il est géré par des Zarabes, exclusivement. Sauf ce jour-là. Ce jour-là, il était là. Rien à voir avec un Zarab. Il était Blanc, et avait des yeux bleus hyper clairs ! Il nous a dit bonjour et s’est avancé. C’est là que j’ai remarqué une paire de ciseaux dépasser de sa poche arrière. Il travaillait là. La surprise passée, il a commencé à demander si on avait besoin de quelque chose. Ma mère avait déjà repéré pleins de trucs, du coup il s’est occupé de ce qu’elle voulait pendant que je tournais en rond autour de la mouseline pour savoir quel couleur j’allais choisir pour ma jupe. Quand ma mère a dit qu’elle recommençait à faire un tour, il s’est approché de moi.
Sexy Boy: Allez dites-moi ce que je peux faire pour vous.
Moi: Je veux de la mousseline, c’est sûr. Mais je ne sais pas de quelle couleur.
Sexy Boy: D’accord. Et vous hésitez entre quoi et quoi ?
Moi: Entre le jaune canaris et le turquoise.
Sexy Boy: Le turquoise, sans hésiter.

mousseline

 
Alors j’ai pris le turquoise. On est restés tellement longtemps qu’au final, on a arrêté de se vouvoyer, lui et moi. Et puis il a parlé d’une randonnée. J’étais intéressée. Surtout s’il était là. Il m’a dit de passer sur le terrain de football près de chez moi, le soir-même, pour récupérer les papiers d’inscription. Alors j’y suis allée. Et il était toujours aussi beau, avec des yeux toujours aussi magnifiques.
J’avais recommencé à parler avec Cécile, un peu, c’était sympa. Alors je lui ai envoyé un message, en rentrant:
Moi: T’aurais pas envie de faire une randonnée le 13 septembre pour rencontrer le nouvel hombre de mi vida ? Je l’ai rencontré ce matin, j’ai eu un coup de foudre. Et je l’ai revu ce soir, ça s’est confirmé, c’est lui le vrai, maintenant.
Cécile: Mais qu’est ce que c’est que cette histoire encore ??
Du coup, j’ai raconté un peu et elle m’a sorti:
Cécile: Et évidemment tu veux faire une randonnée juste pour mater son cul…
*Roule des yeux*. C’est tellement mal me connaître.
Quoi qu’il en soit, pendant deux semaines, je crois, je ne l’ai plus revu du tout. Mais je suis allée courir et marcher pour m’entraîner un peu et lundi, je suis allée chez le médecin pour mon certificat médical. Le soir, en tenue de sport, je suis allée sur le terrain où je savais qu’il entraînait et je suis allée le retrouver. Il était au téléphone, alors j’ai attendu une minute à côté de lui. Finalement, il s’est levé et m’a fait la bise.
Sexy Boy: Tu es venue t’inscrire et courir un peu ?
Moi (regardant les gens souffrir autour de moi): Euh… non merci. En plus, j’ai l’intention de partir d’ici dans quelques mois alors ça ne servirait à rien.
Alors il m’a posé pleins de questions pour savoir ce que je faisais, où je comptais aller, pour faire quoi, etc, et puis il a pris mon numéro en me disant qu’il allait me faire sortir un peu. On a continué de parler un peu puis j’ai dit:

 

randonnée
_Si je suis venue, c’est pour te donner mon inscription pour la randonnée, dimanche.
Sexy Boy: D’accord. Tu me la donneras après. On va courir un peu, d’abord.
Entre nous, j’ai été la seule à courir. Lui s’est occupé d’excercices pour d’autres personnes. A la fin, un mec est venu me parler. Il a voulu mon Facebook et je voyais pas d’excuses pour le lui refuser alors je le lui ai donné. Juste après ce petit entretien avec lui, le Sexy Boy est venu me demander si je souhaitais qu’il me ramène. J’étais hyper contente. Il m’a donc ramenée et après lui avoir finalement donné mon inscription, je suis sortie.
A savoir qu’il m’avait envoyé un message avec son prénom et m’avait dit de ne pas hésiter à le texter. Je lui avait assuré que je lui renverrai un message le soir-même. Loupé. J’ai eu un gros problème de réseau et n’ai pu envoyer ni recevoir aucun message de toute la soirée. Le lendemain, c’est lui qui m’a recontactée. Il m’a demandé si je voulais aller courir avec lui, le soir, après sa journée de travail. J’ai accepté en lui demandant à quelle heure. Il m’a dit qu’il ne savait pas, parce qu’il était encore à l’autre bout de l’Ile. Finalement, il m’a demandé si 21h c’était trop tard. Je lui ai dit que non mais que dans ce cas, on n’allait pas courir. Ca ne lui posait pas problème.
Je suis donc allée voir ma mère pour lui dire que je sortais un moment. Et elle m’a fait un discours de dix minutes au moins pour me dire de pas foncer la tête baissée. Je lui ai dit que j’avais toujours l’intention de partir et que je ne comptais absolument pas me mettre en couple. Quelle ne fut pas mon erreur… Elle m’a alors dit que ce n’était pas parce que quelqu’un m’avait blessé par le passé que je devais mettre tous les mecs dans le même panier et rejeter tout le monde. Je lui ai alors dit que ce n’était qu’une sortie entre amis. *Raclement de gorge*
A 21h10, il m’a dit qu’il était là alors je suis sortie pour le retrouver. J’avais hyper froid. Je portais un pull à longues manches et une veste mais le vent s’engouffrait dans le moindre espace. Monsieur, lui était en t-shirt et n’avait pas un seul frisson sur ses bras. On s’est fait la bise et il s’est fichu de moi parce que je tremblais. Ensuite, il m’a demandé de venir dans ses bras et une demi minute plus tard, eniron, ses lèvres étaient pressées sur les miennes. Lorsque je me suis dégagée, j’ai souri.
Moi: T’as jamais eu l’intention d’aller courir, pas vrai ?
Sexy Boy: Si, peut-être au début.
On est allés chez lui. Lorsqu’il n’avait pas besoin de sa main pour passer les vitesses, il la posait sur ma cuisse et entrelaçait nos doigts avant de caresser ma peau. On avait à peiné fait dix mètres qu’il m’ a demandé si je connaissais bien Christopher, ou le mec qui voulait mon Facebook sur le terrain.
Moi: Non, je l’ai rencontré hier.
Sexy Boy: Ah ok, très bien. C’est juste que… ça serait bien que ça se sache pas dans le club qu’il se passe quelque chose entre nous.
Ca m’allait carrément. Il m’a ramené dans la nuit et sur le chemin, il m’a demandé ce que j’avais dit à ma mère pour sortir.
Moi: Que c’était une sortie entre amis.
Sexy Boy: Si je t’invite à dormir, quelques soirs, elle va se poser des questions, tu répondras quoi, à ce moment-là ?
Moi: J’en ai aucune idée.
Et c’était vrai. Déjà que le lendemain, mamounette m’a posé dix mille questions et je n’ai pas franchement été très honnête. Au final, je lui ai juste dit que c’était ma vie privée et que j’apprécierai qu’elle ne s’en mêle pas. Elle a compris, je crois.
Pour elle, c’était le début d’une histoire d’amour, j’allais me mettre en couple et peut-être même me décider à rester à La Réunion. Comment lui dire que ça n’arrivera pas ? Et le Sexy Boy a raison. Si jamais on devait se revoir, que je devais passer la nuit chez lui, qu’est-ce que je dirai à ma mère ? Ca sonnera vraiment comme si j’étais en couple. Je me suis sentie hyper mal de ne pas lui avoir dit tout de suite mais je savais que j’en étais incapable. J’ai été mal un moment, allant même jusqu’à perdre l’appêtit pour ça et puis Laurence m’a dit que je m’en faisais vraiment trop, que je me posais trop de questions, que j’étais largement majeure et que j’avais le droit de faire ce que je voulais. Oui, c’était sans connaître à quel point mamounette est vieux jeu, que c’est dur d’avoir une bonne relation avec un de ses parents et d’avoir peur de le décevoir un jour. Je voulais pas décevoir mamounette. J’allais bien.
A côté de ça, il y avait Christopher. Si le Sexy Boy et moi ne nous envoyions pas de messages tous les jours, lui, le faisait. Il voulait qu’on se voit, que j’accepte un rendez-vous avec lui. Je n’en avais aucune envie. Je lui ai dit que je fréquentais quelqu’un et que c’était pas possible. Entre nous soit dit, je ne pensais pas du tout au Sexy Boy en disant ça. C’était l’excuse que je sortais à chaque fois lorsque je n’avais aucune intention de sortir avec quelqu’un, rien qu’une fois. Et même après ça, il m’a demandé de lui laisser quand même une chance. ARGH !!!! J’en pouvais plus. Aussi, lorsque vendredi est arrivé avec un nouvel entraînement, ma mère a été surprise que je n’y aille pas. J’ai dit que j’étais fatiguée. Je n’ai dit la vérité qu’à Laurence.
_J’ai aucune envie d’être entre le Sexy Boy avec qui je vais devoir faire comme s’il ne s’était jamais rien passé (non que ça ait l’air trop dur de faire ça) et Christopher, qui me harcèle pour mon numéro.
Laurence: T’es bien à éviter deux mecs, comme ça. Tu vas faire ça longtemps ?
Moi: J’évite pas le Sexy Boy. J’évite les problèmes. Et pour ce qui est d’éviter Christopher, ça devrait le faire jusqu’à la randonnée de dimanche, malheureusement.
Ou pas. Aujourd’hui, randonnée. Réveil à 5H. Finalement, sur place, j’apprends que tout a été annulé à cause du mauvais temps. J’ai retrouvé le Sexy Boy. Il semblait tout fatigué. Vu son emploi du temps, à ce mec, je comprends. Je lui ai demandé si ça avait été reporté, il m’a dit qu’il l’ignorait. Il était solicité de tous les côtés, je l’ai laissé discuter avec quelqu’un, j’ai pris un thé, et finalement, lorsqu’il a enfin semblé avoir une minute, je lui ai dit que je rentrais. J’allais tourner les talons mais c’est lui qui s’est approché et m’a tenu le bras pour me faire la bise. J’ai été surprise. Je lui ai souhaité bon courage et j’ai filé.

pluie

 
Il est vraiment très beau. Ses yeux sont incroyables. J’aime aussi sa barbe de quelques jours. Il me plaît énormément. Mais je ne tomberai pas amoureuse de lui, c’est mort. Et pourtant, il a vraiment tout pour plaire. Il est adorable. A chaque fois que je dis quelque chose d’absurde (ce qui, entre nous, arrive souvent), il lève les yeux au ciel en riant. Il est en deuxième année de master, envisage un doctorat, ce que je trouve carrément impressionnant et pourtant, lui, il déteste en parler. Il préfère me poser des questions sur ma vie à moi alors que je ne fais vraiment pas grand chose. Il écrit en toutes lettres ses messages, mets des majuscules où il faut, et utilise même la négation.
Finalement, j’ai retrouvé Laurence chez ma tante, le midi. J’ai pu lui parler. De ce que j’attendais du Sexy Boy, de ce par quoi j’étais effrayée, toujours avec lui.

 

confidences-guglielmo-zocchi
Moi: A la base, il était censé me faire sortir un peu et puis… ses intentions ont quelque peu dévié. Je me dis que maintenant, si on sort en plein jour, dans la rue, pour aller n’importe où, ça le ferait pas, tu vois ? Je ne veux pas être en couple, ça c’est certain. Y a absolument rien qui me plait dans cette idée.
Laurence: Oui, je vois. Franchement, Bibi, garde tes distances le plus possible. Parce que c’est allé vite, entre vous. Et il te plaît. Et si tu dois partir ou que ça doit se finir, ça pourrait être dur pour toi.
Moi: Je sais. J’ai pensé à tout ça, déjà. C’est pour ça que j’aime bien l’idée qu’on s’envoie pas des messages tous les jours, ce genre de choses. Je trouve ça beaucoup mieux.
Mais j’ai parlé trop vite. Un peu avant 15h, il m’a appelé pour qu’on se voit. J’étais avec ma famille, c’était mort. Quand Laurence a su que c’était lui qui avait appelé, elle a secoué la tête.
Laurence: Bibi, Bibi, qu’est-ce que tu fais ?
Moi (souriant): Rien du tout. Il appelait juste pour savoir si on pouvait se voir et de le tenir au courant lorsque ce serait possible. Tu vois, on n’a pas parlé des heures. Ca, ça me va.
Sauf que moins d’une demi heure plus tard, il m’envoyait un message pour parler. Je prenais énormément de temps pour lui répondre comme Laurence, Lisa et moi, on n’arrêtait pas de faire n’importe quoi. Laurence m’a dit que ce n’était pas grave. Je le pensais aussi.
Voilà où j’en suis.
Le premier qui tombe amoureux a perdu. J’ai bien envie qu’on gagne tous les deux et que tout aille toujours très bien entre nous.

Une Réponse à “Le premier qui tombe amoureux a perdu.”

  1. 010446g dit :

    De tout cœur, je te souhaite que tout aille bien.

    Dernière publication sur le radeau du radotage : Il est coupable: il a pissé!

Laisser un commentaire

La vie d'une adolescente |
Adaytoremember |
Viesoleil |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Un cri sauvage et désespéré
| Les femmes séduites
| Notreangebaptiste