Et sinon, côté coeur ?

J’ai pas vraiment d’images à mettre ici donc bon…

happy-weekend-butterfly-graphic

« Mais qu’est-ce qui m’arrive ? J’oublie, je bois, je bois l’oubli mais qu’est-ce qui m’arrive ? Je dors au bord de mon lit oh-oh-oh comme je regrette, je ne suis pas ce que je suis… ».

Une chanson qu’on écoutait souvent avec ma sœur en 2007/2008, je crois.

Qu’est-ce qui m’arrive ? Alexandre ? Je le déteste. Je le hais de l’aimer autant.

Le poète m’a écrit un commentaire intéressant dans l’article précédent : « Tu ne t’attendais quand même pas, du premier coup, à trouver le mec idéal ? ». Bien sûr que non, poète. Même au bout de la millième fois, je ne m’y attendrai pas. Parce que cet abruti n’existe pas.

Alexandre… Les dernières nouvelles ? En mars, j’avais souhaité son anniversaire à Alex. C’était dans l’article Retour en Force (ou pas !).

Et puis, waouh, événement !!!!!!!!!! J’étais en voiture avec ma tante, sur une nationale et j’ai cru voir Alexandre. En voiture, à côté. Juste en coup de vent. J’aurais voulu descendre de la voiture en marche et aller lui parler mais dieu merci, j’avais encore un peu de raison en moi. J’ai vu Laurence ce jour-là.

Moi : La vie se fout de ma gueule !!! Je voulais voir Alexandre, je l’ai vu. Je pouvais rien faire, bordel, c’est trop ironique et injuste et…

Quoi qu’il en soit, j’ai repensé à ce que le grand Oscar Wilde avait dit : « Parfois, pour nous punir, les dieux exaucent nos prières. ». Je voulais voir Alexandre, je l’avais vu. C’est tout. Juste vu. Je devais peut-être m’en contenter, c’était peut-être ça le message que voulait me faire passer la vie, le destin, le hasard.

Alors j’ai envoyé un message à Alexandre.

Moi : Hey ! Je crois que je t’ai vu, hier. Je voulais te voir, maintenant, je crois que c’est fait XD abusé comment la vie peut être ironique, parfois, c’est moi qui te le dis.C’était bizarre, n’empêche. Première fois en trois ans que tu étais si proche et impossible de te parler.
Je voulais m’excuser d’avoir été si insistante. Tu vois, après ce qui m’est arrivé quand j’étais au lycée, tu as été la première personne à qui j’ai réussi à en parler et ça a eu pour effet que j’arrête de faire des cauchemars toutes les nuits à propos de ça. Je suis même pas sûre de t’avoir dit, merci, Alex. Mais quoi qu’il en soit, je t’ai toujours été reconnaissante pour ça. C’est peut-être (probablement et certainement, même) que je t’ai mis sur un piédestal après: Tu étais mon super héros. J’ai essayé de t’en vouloir pour tes manquements à tes promesses mais j’y arrive pas parce qu’au fond, je suis la seule à savoir ce que tu as fais pour moi, même sans t’en rendre jamais compte, me semble. Et puis, les super héros restent dans l’ombre, non ? Alors j’arrête de me demander pourquoi je ne t’ai pas revu depuis tout ce temps et pourquoi je ne te reverrai pas plus tard. Tu m’as peut-être vue dans mes pires états et aujourd’hui que je me sens bien et que j’ai regagné une certaine confiance en moi, mon côté un peu très fier voulait que tu voies, ça, toi aussi parce que ça doit être un tout petit peu grâce à toi, quand même. La seule personne à qui je faisais encore confiance, à l’époque, malgré tout: c’était toi !
Je m’excuse pour ce que j’ai pu dire la dernière fois. Pardon, vraiment. Et même si je pense qu’un super héros sait prendre soin de lui, fais quand même attention à toi, Alex.
Alex : Coucou Bibi. Ah bon !! Tu m’as vu où ??? Content d’apprendre que j’ai pu t’aider à cette « grande » époque je te faisais confiance et c’est toujours le cas. J’accepte tes excuses et je t’en fais aussi. C’était la première fois qu’on se parlait aussi méchamment, non ? xD Fais attention à toi aussi.

Il avait remarqué qu’on avait dépassé les bornes la dernière fois, ça m’avait fait plaisir. N’empêche qu’il avait dit qu’il me faisait aussi confiance à l’époque et que c’était toujours le cas aujourd’hui. Pas pour moi. Je n’arrivais plus à lui faire confiance. Je n’arrivais plus à faire confiance à qui que ce soit. A cause de lui.

C’était pas lui, de toute façon, dans cette voiture, sur cette route, ce jour-là. Je n’ai jamais revu Alexandre et je ne le reverrai probablement jamais.

Je m’en sortais tellement bien, je vous assure. Pourquoi l’infirmier lui ressemblait autant ? C’est horrible. J’ai vraiment un coup de blues par rapport à Alex, ce matin. Et lorsque je commence à écouter Three Days Grace et me dire que les paroles me parlent, ça va pas. Faut vraiment que je sorte de la maison.

Ma mamounette m’a appelée. Première fois depuis son départ qu’on passait plus de 20 minutes au téléphone. 50 minutes cette fois, ça m’a fait du bien.

A part ça, le rouquin s’est ENFIN séparé de sa psycho de copine. Il était déçu, triste ou je sais pas quoi d’autre. J’étais désolée pour lui. Après avoir loooongtemps hésité, j’ai finalement envoyé un message à mon rouquin préféré.

Moi : Salut le rouquin. Je suis peut-être la dernière personne dont tu voudrais avoir des nouvelles mais j’ai vu ton statut concernant ta rupture avec C. J’ai eu du mal à le croire mais j’ai surtout vu que tu étais déçu ou triste ou je ne sais pas quoi d’autre donc  pour ça, je voulais te dire que je suis désolée pour toi. J’espère que ça va, quand même… Bonne soirée.
Le rouquin : Salut Bibi ! Ne dit pas n’importe quoi, ça me fait plaisir d’avoir de tes nouvelles. Et oui, effectivement, ça fait bientôt 1 mois qu’on n’est plus ensemble … Après 5 ans de relation il y a de quoi être un peu déçu… Mais bon … Life goes on. J’essaie de rester le plus positif possible, j’ai pas encore envie de faire une dépression pour ça… Merci pour ton message, Bibi ! Ca va toi, sinon ?
Moi : Y a pas de quoi. Je suis contente que tu réagisses comme ça, vraiment, ça me fait plaisir. Et en ce qui me concerne, je pense que personne m’a déjà vue aussi détendue et… heureuse, je crois. Je me sens vraiment très bien. Et j’espère que c’est ou que ça sera prochainement pareil pour toi.
Le rouquin : Ah oui ?? Ben écoute tant mieux, suis content pour toi, vraiment ! Mais qu’est-ce que t’as fait pour être dans cet état ? C’est la méditation que je t’avais conseillée qui t’a mise dans un état de zénitude ? Haha. Merci Bibi.
Moi : Lol, tu viens de me faire rappeler ton truc de méditation, Ken, j’avais complètement oublié ça ! Mais non, j’ai juste appris à être reconnaissante pour ce que j’avais et arrêté de ressasser le passé (qui, entre nous soit dit, a toujours été mon plus gros problème) et du coup, je me lève en me disant que ça pourrait tellement être pire donc autant faire avec, ça semble pas si dramatique… Pensée positive. Et karma. Surtout le karma. Enfin bref, tu vois, ce genre de choses ^^ Je t’en prie.
Le rouquin : Haha ^^ Humm c’est bien que t’aies pu faire ce travail sur toi même ! La pensée positive est essentielle. J’espère que tu continueras sur cette voie. Hé mais tu vis toujours à la Réunion ?
Moi : C’est gentil merci. J’espère aussi. Bah euh… Oui ^^ où tu voudrais que je sois ?
Le rouquin : Nan Ben j’sais pas ça fait hyper longtemps que je t’ai pas vue sur la route. D’habitude j’te croise souvent lol. Et j’me suis dit si ça se trouve elle est repartie en France et tout…
Moi : Ah bon ? Parce que moi je te croise jamais. A part la fois avec Cécile dans la librairie. Ca doit remonter cet épisode-là, d’ailleurs. Non, je suis pas encore partie. Mais je pense/espère pas rester ici plus d’un an, encore. L’année prochaine, je fuis ! ^^

Le rouquin… Mon dieu… Je n’arrive vraiment pas à croire qu’on puisse s’entendre bien à nouveau, tous les deux. Il y a trois ans, le rouquin et moi nous sommes donnés rendez-vous vous parler. Ca a toujours été désastreux, au début, entre nous. Et bon nombre de fois, j’ai voulu qu’on arrête de se parler et qu’on s’oublie. Le rouquin était contre l’idée, il pensait qu’avec le temps, tout irait mieux entre nous, qu’on arriverait à devenir de parfaits amis. Mais… pas vraiment. Le rouquin et moi nous sommes un jour croisés à la plage et on s’est ignorés comme si on ne s’était jamais rencontrés. C’était horrible. Mais on n’a jamais réellement perdu contact parce que j’étais fragile et que le rouquin est gentil et patient. Il a voulu être là quand j’en avais besoin. Et il avait raison : on a finalement réussi à devenir des amis. Enfin, deux personnes qui arrivent à discuter et se souhaiter de gentilles choses. C’était inespéré, tout ça, à un moment.

Si bien que cette dernière conversation avec le rouquin m’a un peu retournée. Je ne l’ai dit à personne, même pas à Laurence mais je me suis posé une question existentielle : Est-ce que c’était une bonne idée ? Après avoir qualifié notre relation de « malsaine » pendant des années, j’ai encore peur de croire qu’il peut en ressortir quelque chose de positif. Est-ce qu’on peut être ami d’un garçon dont on a été folle amoureuse pendant quatre ans ?

Heureusement, cette conversation date de… Trois semaines et qu’on ne s’est plus parlés depuis, on ne s’est pas croisés, on n’a pas prévu de se voir. Tout va bien et je crois qu’il vaut vraiment mieux que ça reste comme ça.

Je l’aime ce rouquin. Pff ! Il a été complètement stupide, biiiiien des fois mais je l’ai toujours vu comme un gentil garçon *Bruit de bisou dans le vide*

 

Mais cette image m’a tuée.

rouquin marteau

2 Réponses à “Et sinon, côté coeur ?”

  1. 010446g dit :

    On ne sait jamais quels détours prend le destin….
    Je te souhaite un agréable été: je disparais pour deux mois
    bises

    Dernière publication sur le radeau du radotage : Il est coupable: il a pissé!

  2. Bonjour
    Je découvre ( seulement aujourd’hui … ) ce blog et … je reviendrai ..
    Bon WE
    Tân

    Dernière publication sur chroniques variées : la nouvelle arche de Noé

Laisser un commentaire

La vie d'une adolescente |
Adaytoremember |
Viesoleil |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Un cri sauvage et désespéré
| Les femmes séduites
| Notreangebaptiste