1001 questions.

Et si je disais qu’un jour, il y a environ un an, avec ma folle de cousine Laurence on s’est inscrites sur un site de rencontres pour délirer ? Elle habitait Paris et mois Bordeaux mais au tout début, ça nous avait automatiquement localisées à La Réunion alors des réunionnais nous retrouvaient toujours donc on a déménagé plusieurs fois. Lorsque les vacances se sont terminées, on a toutes les deux mis nos comptes en suspens et on y retournait toujours en coup de vent, une ou deux fois l’an.

Lorsque Laurence est venue à la maison, la semaine dernière, on a réactivé nos comptes et fatiguée de ne trouver personne de vraiment intéressant à Nouméa, j’ai mis que j’habitais à la Réunion. Une vingtaines de visites sur ma page et plusieurs charmes plus tard (j’expliquerai en bas comment fonctionne AdopteUnMec pour ceux qui l’ignorent), il y avait ce mec-là.  Il était séduisant, vraiment. Il avait déclaré être infirmier et avoir 32 ans.

logo-adopte-un-mec

Et si j’acceptais de lui parler ? Quand même, il avait 32 ans. Où était passé l’espèce de promesse que je m’étais faite de ne jamais dépasser 30 ans ? Et puis, qu’est-ce que ça pouvait foutre, hein ? Après tout, à 18 ans, j’avais bien flirté avec un mec de 29 ans, non ? Là, c’était pareil. Onze ans ! Ce n’est pas comme si j’avais toujours été attirée par les mecs de mon âge. C’est faux. Et puis, lui parler n’engageait à rien, n’est-ce pas ? Alors j’ai accepté. Je ne m’attendais pas à grand-chose. Les deux autres avec qui j’avais accepté de discuter ne m’avait proposé qu’un plan cul. Génial.

Laurence : Putain mais les gars sont vraiment tous des porcs ou juste en manque grave ?

Et si maintenant, je disais que cet infirmier ne m’a proposé aucun plan, quel qu’il soit, qu’on a juste discuté de longues heures et que c’était bien ? Qu’on s’est parlés pour la première fois mardi et que hier, on a fixé une heure pour déjeuner ensemble, aujourd’hui ?

Moi : Et si je te disais que je déjeunais avec l’infirmier demain, tu répondrais quoi ?
Laurence : Que c’est allé vite ?
Moi : Putain, grave ! Tu crois que je suis folle ?
Laurence : Non, t’inquiète. Moi aussi j’ai accepté de voir une personne que je venais de rencontrer.
Moi : C’est la première fois que je fais un truc comme ça. Je stresse à moitié. Je sais pas ce que je vais mettre. Ni manger. Qu’est-ce que je vais manger ?
Laurence : Un truc qui salit pas et qui se coince pas entre les dents.
Moi : Et tu proposes quoi dans ce style-là, alors ?
Laurence : Un verre d’eau.

J’ai éclaté de rire. La peste ! Elle était vraiment d’une grande aide !

Pourtant, si c’était un gros problème de savoir ce que j’allais manger (en sachant que je déteste manger devant des gens. Julien a voulu m’inviter un jour mais j’ai refusé parce que je me sentais mal à l’aise. Damn it !), l’autre problème était de savoir ce que j’allais mettre. J’ai longtemps hésité. Ma robe d’été à fleurs, celle qui était dénudée dans le dos et sur les côtés ? La robe noire cintrée que tour le monde (en particulier les garçons) aimait ? Non, je ne savais pas du tout laquelle mettre. La robe à fleurs était peut-être un peu trop dénudée et la robe noire ne faisait peut-être pas assez « déjeuner ».

Finalement, après plus d’une heure à débattre avec moi-même, j’ai choisi d’enfiler, ce matin, une jupe crayon noire et un débardeur blanc. J’ai été abordée deux fois et la troisième fois, c’était par des lycéens.

resto070514_560

Je stresse quand même. Est-ce que je vais lui plaire ? Il est 11H33. On a rendez-vous à midi. Je suis à 500 mètres du restaurant environ, un cahier et un crayon à la main et j’écris tout ça parce que qu’il fallait que ça sorte, j’allais exploser. Peut-être que je me plante. Ce matin, dans le bus, l’horoscope des capricornes disait : « Vous avez des amis qui vous connaissent bien et qui sauront vous remonter le moral. »

Moi : Lol, regarde ça ! Tu crois que ça vaut vraiment la peine que j’aille à ce déjeuner ?
Laurence : Mais oui ! Ces trucs racontent de la merde, la plupart du temps.
Moi : Yep et puis, au pire, ça fera juste une histoire de plus à raconter pour amuser la galerie. Je m’en remettrai. Je suis Bibi, quand même.
Laurence : Voilà. Et puis, on sait très bien comment sont les mecs, à quoi s’attendre, qu’il faut pas espérer pour ne pas être déçue.

Elle avait raison. Je n’espérais rien. Ca passerait ou ça casserait. Au moins, on aura été fixés en deux jours et on n’aura pas perdu de temps. C’est bien, non ?

N’empêche que je stresse. Et que j’ai froid avec mes deux petites jambes dehors.

Je réécrirai cet article dans l’état et vous raconterai peut-être la suite si elle n’est pas trop embarrassante. J’aimerai tant qu’elle ne soit pas embarrassante. Seigneur !

J’ai tellement peu confiance en moi. C’est tellement plus facile de discuter par écrits. Qu’est-ce qui m’a pris de m’inscrite sur ce site ? D’aller le voir ? D’accepter de lui parler ? D’accepter ce déjeuner ? Ca y est, je panique et je suis pathétique. Il vient de m’envoyer un message, il est 11h44.

Eric : Je quitte chez moi. J’arrive.

Seigneur de Dieu, je suis folle !!! Je veux rester la fille qui passe son temps à écrire à écrire des histoires qui ne seront jamais les siennes sur son ordinateur. Je vais mourir. Que les dieux me viennent en aide.

 

Hahaha !!!! Alors, finalement, c’était un peu des deux. Ca s’est bien passé et en même temps, « vos amis sauront vous consoler ».

Il était en retard. Déjà que j’étais allée acheter des fleurs sur le marché pour les déposer à l’église avant d’aller faire un tour en centre-ville, j’avais l’impression de sentir le marché et la bouffe. Bref, je puais. Trop génial !! Et il était en retard. Moi qui accorde extrêmement d’importe à la ponctualité, lui, il était naze pour ça.

En passant les détails de toute notre conversation, c’était vraiment sympa. Il a de la conversation, il est marrant, on a beaucoup moins de points en communs que ce que je pensais mais ça allait, je n’ai pas éclaté de rire mais j’ai souri franchement plusieurs fois.

Il était grand, il était musclé, il était hyper beau, il avait un hyper beau sourire. Alors qu’est-ce qui a cloché ?????

En sortant du restaurant, il est parti de son côté, moi du mien. On s’est juste fait la bise. Aucune promesse de se revoir, rien du tout et ça m’allait parfaitement. J’ai pu voir Laurence un petit quart d’heure après ça.

Moi : J’ai finalement compris ce que mon horoscope disait avec « Vos amis sauront vous consoler ».
Laurence écarquille les yeux et sa bouche forme un « o » : Merde !
Moi, souriant : Non t’inquiète, ça s’est bien passé. C’est juste qu’il me rappelle trop quelqu’un.
Laurence, qui comprend : Oh non. La poisse. Physiquement ou mentalement ?
Moi : Physiquement ! En voyant ses photos, je le voyais plus mince, moins grand. Pas du tout. Sa carrure, son sourire… C’est Alex. Sérieux, je bade. Comment je suis supposée l’oublier si le premier mec avec qui j’essaie de faire quelque chose lui ressemble et me fait irrémédiablement penser à lui ?
Laurence : J’en sais rien. C’est vraiment la merde.
Moi : N’empêche que je saurais pas être sûre en te disant que ses yeux sont marrons mais je sais parfaitement à quoi ressemble ses mains.
Laurence : Non mais toi et les mains, faut que tu fasses quelque chose. Un jour, la vie te mettra sur le chemin d’un mec aux mains sales et noires, j’aimerai trop t’y voir !
Moi : Mon dieu, moi un mec aux mains sales ? C’est mort !! C’est le plus important, pour moi !
Laurence : Ouais eh ben c’est pas normal.

Je suis rentrée et j’ai bu un shooter de vodka et de Baileys avec du sirop de grenadine, aussi. On appelle ça la cervelle de singe. Comme je ne mange pas grand-chose en ce moment (à part ce midi où je n’ai pas du tout aimé et ai lutté pour finir la quiche aux légumes que j’avais commandé) ça m’est vite monté à la tête, ça m’a fait du bien. Tout plutôt que de pleurer à cause d’Alex. Je reviendrai sur lui bientôt. Pour ce soir, j’en ai fini.

cervelle2

Sur Adopte, ce sont les filles qui ont le pouvoir. Enfin, c’est leur slogan, je crois. En gros, seules les filles choisissent si elles ont envie de parler avec tel ou tel garçon. Ils peuvent envoyer un charme à une fille et elle accepte de lui accorder le droit de lui parler ou non. Sinon, les filles peuvent ajouter des garçons à leur panier et là, les garçons savent que la fille est intéressée par eux. Voilà pour l’explication…

Une Réponse à “1001 questions.”

  1. 010446g dit :

    C’est pas marrant ce truc:
    dans ces conditions, je ne t’aurais jamais parlé.
    (Il est vrai que je ne suis pas à adopter)
    C’est une expérience_ qui ne t’a pas trop fait souffrir. Tu ne t’attendais quand même pas, du premier coup à trouver le mec idéal?
    Tu le trouveras, c’est sûr!(il aura peut-être les mains calleuses de travailleur, mais face à lui tu oublieras tout)
    bonne journée à toi
    bises

    Dernière publication sur le radeau du radotage : Comme dans la parabole!

Laisser un commentaire

La vie d'une adolescente |
Adaytoremember |
Viesoleil |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Un cri sauvage et désespéré
| Les femmes séduites
| Notreangebaptiste