Semaine en roman intégral et Alexandre chapitre 12718

Sacrée putain de semaine ! Commençons par le commencement.

Lundi !

Laurence m’avait demandé de passer la voir au lycée parce que ça n’allait pas. C’était pire que ça. Elle n’allait pas bien du tout. Elle rigolait mais elle semblait surtout très fatiguée par tout ce qui se passait. Ce qui était normal, aussi. Enfin, bon, ça s’arrange. Du moins, on l’espère.

Son lycée se trouve à côté de l’hôpital alors je me suis dit que j’allais arrêter de chercher des excuses comme « Ah je suis trop loin » ou « J’irai la prochaine fois, la j’ai envie de rentrer ». Je suis allée à l’hôpital pour faire un don du sang. Ca s’est bien passé. J’étais contente de faire ça. Je n’avais pas pu les autres années parce que je souffrais toujours d’anémie et que c’était pas bien-bien compatible. J’ai passé un bon moment là-bas puis je suis rentrée à la maison, j’ai bu deux litres d’eau et je me suis couchée tôt sous la fatigue.

don du sang

Mardi !

Qu’est-ce que j’ai fait mardi ? Peut-être que je suis allée voir Julien… Oui, je crois que c’était ça. Oui, voilà ! Je suis allée voir Julien et Cécile m’a envoyé un message par SMS pour me dire qu’il y avait un bug sur Facebook parce qu’elle n’arrivait plus à m’envoyer de messages… J’étais dans la mauvaise période du mois, Laurence n’allait pas bien et je n’étais d’humeur avec personne réellement. J’ai dit que j’allais passer un moment avec Romain qui devait rentrer plus tard et Julien et que je réfléchirai à une réponse plus tard. Romain est arrivé et ça faisait des semaines que je ne l’avais pas vu. On n’a pas beaucoup discuté ce jour-là.

En rentrant chez moi, j’ai répondu à Cécile et ça s’est trèèèès mal terminé.

Moi : Il n’y a pas de bug sur Fb. Je t’ai bloquée. Mon dernier message date du 26 janvier. Je croyais que tu savais que je n’aimais pas les absences de réponses. Quelle que soit ta raison, j’estimais que je méritais une réponse.
Cécile : Et je pensais que tu savais que je n’étais pas très « réponses rapides ». Notre situation est compliquée et j’avais besoin de temps pour réfléchir.
Moi (ironique) : Ah d’accord. Pardon. C’est vrai que pour moi ça a toujours été facile.
Cécile : Je peux rien dire avec toi, tu es toujours en train de me faire la morale, c’est toujours de ma faute.
Moi : TU ME SAOULES ! SI TU NE SUPPORTES PLUS MES LECONS DE VIE, FALLAIT PAS ENVOYER DE MESSAGE, JE M’EN SERAI TRES BIEN PORTEE. J’AURAIS ÉTÉ CELLE QUI AURA TENTE JUSQU’À LA FIN ET TU RESTERAS ETERNELLEMENT LA FAIBLE ET LA LACHE. MERCI PARCE QUE TU ME RENDS LES CHOSES BIEN PLUS FACILES. JE TE SOUHAITE UNE VIE PLEINE DE DROGUES ET VIDE DE GENS QUI S’EN FONT POUR TOI PUISQUE C’EST CE QUE TU SEMBLES VOULOIR ET MAINTENANT, LAISSE-MOI TRANQUILLE !!!

sms-internet1

Je me sentais délivrée. C’est triste à dire mais c’est la vérité. Depuis, plus rien et j’espère que ça restera comme ça.

Mercredi !

Lisa m’a demandé de passer chez elle pour qu’elle me fasse une french manucure. On a juste acheté le vernis qui nous manquait parce que je passais plutôt mon temps à parler avec Laurence et il ne se passait pas grand-chose sur nos ongles. C’était tendu chez elle. En rentrant, j’ai juste réalisé que mon ordi m’avait planté. J’ai juste eu le temps de le rallumer en mode sans échec, prendre tous mes documents et mes photos et je me suis endormie après avoir lu Harry Potter.

french

Jeudi !

J’ai réussi à ré-initialiser mon ordi et après six heures, j’ai retrouvé internet.
Je suis allée chez la sœur de ma mère et on a mangé des longanis. J’adore ces trucs-là !

longanis

Vendredi !

Laurence m’avait demandé de repasser au lycée puisqu’elle avait quatre heures de libre. Je me suis dit que pour me le demander c’est qu’elle avait vraiment envie et même besoin de m’avoir dans les parages ces derniers temps. Ca m’a rappelé pleins de trucs.

lycée

Moi : Je me rappelle l’époque où je venais ici pour déjeuner avec le rouquin. Et je finissais toujours par croiser Alex. Et il avait toujours une minute à m’accorder. Et Marie me faisait toujours chier avec sa jalousie.
Laurence : C’est vrai ? Tu venais manger ici ?
Moi : Yep ! Tu vois le mec au t-shirt blanc avec les écouteurs ? Quand on était en 3è, la pute au rouquin sortait avec lui. Alors qu’il était en 6è. Trop che-lou, je te dis, moi !
Laurence (morte de rire) : Sérieux ? Ooooh ! Mais elle va pas bien, elle !
Moi : Ca a jamais fonctionné dans sa tête. J’arrive pas à croire que le rouquin sorte toujours avec elle. C’est une putain de cinglée.

On riait bien quand même. Laurence et moi, quoi ! <3

Moi : C’est la Saint-Valentin, demain ! Je vais offrir un médiator à Romain !
Laurence (riant) : A la place d’une rose ? Comme c’est mignon !
Moi (plaisantant) : Oui, et après j’attendrais mon cadeau et ma déclaration, moi aussi.
Laurence (sur le même ton) : Oui-oui, attends !  

En sortant du lycée, Julien m’a appelée et m’a proposé de venir boire un verre dans un bar en centre-ville. Comme celui dans lequel on allait toujours a brûlé récemment (genre la semaine dernière) on est allés dans un autre dans lequel je ne suis jamais allée plus loin que la terrasse. Je ne suis jamais rentrée à l’intérieur. Bref. Un mec est passé et je le trouvais hyper beau ! Il ne m’a pas lâché du regard non plus mais il ne s’est rien passé, je ne suis pas allée le voir et lui non plus (j’étais avec quelqu’un d’autre, en même temps, ça peut freiner haha). En rentrant à la résidence, on a retrouvé Rominou chou qui a, bien entendu, sorti sa guitare électrice et commencé à jouer. Je ne connaissais rien de ce qu’il jouait jusqu’à ce qu’il se mette à gratter les accords de Lonely Day des System of a Down. Je lui ai sorti mes deux médiators, chacun d’eux volés par Cécile et ai passé l’un d’eux à Romain. Celui qui venait du Canada. Il a fini par l’adopter, me dire qu’il l’adorait et je lui ai dit que je ne m’en étais jamais servie et qu’il pouvait le garder sans problème.

mediator-dunlop-gels-medium-light-vert

Moi (plaisantant avec Laurence) : Rhâ, merde ! J’ai donné mon médiator à Romain. Mais on n’est pas le 14, j’ai pas eu de cadeau et pas même un bisou *boude*. Mais bon, il joue bien, l’ampli est branché, ça résonne dans tout l’appart’… J’aiiiiime *_*

Ce soir-là, Romain m’a ramenée chez moi. Il est vraiment mignon. Physiquement et tout le reste aussi hihi.

SAMEDI !!!!!

C’était le jour du baptême, bien sûr ! La journée est passé super vite. On était attendus à 19h donc tout l’aprèm, je l’ai passé dans la salle de bains et mes cheveux qui, plus tard, n’ont plus ressemblé à rien (à la base, c’était joli). Donc on est arrivés, c’était super sympa la déco et tout ça et tout ça. J’ai cassé ma première paire de chaussures à talons (je me déplace avec une seconde à chaque fois donc ça a pas posé problème) et Laurence et moi, on ne s’est pas lâchées. Au tout début, il y avait des amuses-gueules. Sucré et salé. Laurence s’occupait du sucré et moi du salé. A table, toute notre famille nous a regardé avec des yeux ronds immenses. Leurs assiettes étaient quasiment vides. On ne nous voyait plus derrière les nôtres. N’empêche que c’était hy-per bon ! Après ça, on avait presque plus faim. On est allées faire un tour rapide dehors parce que Laurence, habituée à se coucher à 21h, était crevée. On est retournées manger l’entrée et après avoir fini et déclaré que plus rien ne rentrerait dans nos bidons avant looooongtemps, on est retournées à l’extérieur sauf que cette fois, on a été abordées par deux mecs.

Mec 1 : Vous êtes qui, en fait ?
Laurence : Les cousines de Mathieu. Mais très loin degré. On reste proches, quand même.
Mec 1 : Vraiment ? Ben cet enfoiré nous a bien caché ses deux jolies cousines.
Mec 2 : Et il avait raison. On n’a plus envie de vous lâcher, maintenant.
Moi (pensant) : Merveilleux, vraiment…

Ils ont dû rester une heure avec nous. Comme Laurence et moi, souvent, on faisait des appartés pour se parler entre nous, voilà ce qu’on nous a dit :

Mec 2 : Vous êtes sœurs ? Non ? Si ! Vous êtes sœurs !
Laurence (parce que moi, il m’énervait, je répondais quasiment jamais quand il posait des questions, je faisais genre que je n’entendais rien avec la musique trop forte) : Non, on est cousines. Mais on est très proches. On est tout le temps ensemble.
Mec 1 : Ca marchera pas tout le temps, ça. Ca va foirer, au bout d’un moment.
Moi (qui déteste entendre parler d’une fin entre Laurence et moi) : Elle et moi ? Je crois pas, non.
Laurence : Tu dis ça par rapport aux mecs ?
Mec 1 : Oui, y a toujours une histoire de mecs !
Laurence et moi (se regardant et éclatant de rire) : Impossible ! On s’intéresse pas aux mêmes !

Bref, on a appris que le Mec 1 était un éducateur sportif dans le domaine des sports nautiques à Saint-Gilles et dès qu’il a dit ça, Laurence et moi, on s’est encore regardées et j’ai dit :

_Tu peux nous emmener faire du jet-ski, alors !

jet ski

Il a ri et a dit que c’était d’accord. Avant d’ajouter qu’il avait plus d’une corde à son arc et qu’il faisait aussi des shooting photos. Là, j’ai vu une aubaine. Parce qu’avant que Laurence et moi on se sépare, je veux absolument qu’on fasse un shooting photo ensemble.

Au bout d’un moment, on a réussi à se débarrasser du Mec 2 et avec le Mec 1 et Laurence, on est partis marcher un peu. On a alors appris qu’il avait 28 ans et on a discuté de tout et de rien pendant une petite heure environ. Il rêvait de se poser, de finir marié avec des enfants. Laurence et moi, on voulait fuir ça à tout prix. Quelques heures plus tôt, je lui avais montré une ribambelle d’enfants qui couraient partout.

Moi : Mon dieu, mais je me vois vraiment pas dans dix ans avec mon bébé à occuper dans un gigantesque repas de famille comme ça.
Laurence : Je pensais la même chose. Je me vois même pas un jour présenter mon copain à la famille alors les enfants, n’en parlons pas.

Alors lui, là, qui rêvait de tout ça, ça nous a limite fait rire.

Moi : On veut pas de tout ça, nous. Et tu sais, quoi, Laurence, maintenant que j’y pense, je crois qu’on aime que les mecs qui nous échappe. Rudy et Alexandre. Parce qu’avec les autres, c’est trop facile et ça ne nous intéresse pas.
Laurence (sérieuse) : Putain, j’y avais jamais pensé mais c’est vrai, en fait. On déteste toutes les deux qu’un mec nous court après et pourtant, on court derrière les deux seuls avec qui c’est une grosse prise de tête tous les jours !
Mec 1 : Vous êtes sérieuses, là ? Vous ne vous intéressez qu’au physique, alors.
Moi : Quoi ?! Mais non ! Les deux mecs dont on parle on les connaît, c’est pas que physique. Il peut y avoir un mec beau et tout ce que tu veux mais si il me colle ou semble trop intéressé trop vite, je vais le border aussi vite !

On a débattu là-dessus un moment puis on est retournés à la fête. Une bouteille de Champagne, quelques photos et un morceau de gâteau (que je n’ai pas pu finir tant la part était grosse, je sais pas comment les autres ont fait) plus tard, nos mères à Laurence et moi sont venus nous dire qu’on s’en allait. Il était 2H45. Bien trop tôt pour nous. Surtout qu’on n’avait pas encore dansé le zook. On a demandé à attendre une minute et on a dansé un zook love ensemble. Après ça, on est allées au parking. On leur a demandé d’attendre encore un peu, elles ont accepté donc on est retournées sur la piste.

Mec 1 (s’approchant vers moi avec un grand sourire) : Vous êtes revenues ! Tu peux au moins danser avec moi, maintenant, non ?

Il y avait toujours du zook love alors j’ai pris sa main et on s’est avancés sur la piste. Laurence a accepté de danser avec le Mec 2 que je ne trouvais pas attirant du tout, contrairement au Mec 1 qui en plus de danser bien sentait hyper bon ! Pour moi, un mec sans parfum à une soirée c’est comme moi sans chaussures à talon ou une fille sans shampoing pour Nabila ! Du coup, on était très proches et on se parlait dans les oreilles de l’un l’autre, c’était franchement agréable. Laurence, de son côté, se disputait avec le Mec 2, ce qui nous faisait plutôt rire au Mec 1 et moi. Finalement, avant la fin de la chanson, Laurence s’est détachée de lui et n’a plus voulu danser. Alors je lui ai laissé mon cavalier et alors que j’allais m’éclipser, le Mec 2 m’a prise par la taille. Il puait l’alcool, ça me rendait malade et il essayait de me presser contre lui comme si j’étais un citron déshydraté. Je crois que de TOUS les partenaires de zook love que j’ai eu, c’est le seul de qui je suis restée aussi éloignée. Je n’ai pas pu attendre la fin de la chanson, moi non plus, je me suis détachée et attendu que la chanson se termine pour planter un gros bisou sur la joue de Laurence.

Mec 1 :  Je peux en avoir un comme ça, moi aussi ?

Alors je lui ai fait un bisou sur la joue à lui aussi et puis j’ai filé. En voiture, pendant le trajet, Laurence et moi, éloignée l’une de l’autre depuis trois minutes, avons commencé à nous envoyer des messages.

Moi : Putain, hé mais ce gars-là avec qui on a dansé, mon dieu, mais laisse tomber.
Laurence : Mdrrr ! Sensuuuaaaaal, hein ?
Moi : Mdr ! Connasse ! Au moins toi t’as fini avec le meilleur pour la fin. Ah il est gentil mais je t’ai laissé prendre son numéro à ma place. Parce que je me connais et je vais le border vite fait parce qu’il va me saouler dès demain.
Laurence : Mdrr, putain mais t’es trop méchante, toi. C’est comme avec le mec de la boîte ! Ca me donne envie de prendre ton téléphone un jour et de lui donner rendez-vous. Il était beau ! Pourquoi tu donnes pas de suite ?
Moi : Parce qu’Alex c’est le seul qui m’intéresse. Et je me donne au moins un an pour l’oublier. Romain me plaît vraiment lui, mais j’ai pas envie de perdre son amitié et ça peut foirer trop vite si jamais il commence à se passer quelque chose entre nous. Je fais plus confiance à personne depuis Alex et j’ai pas envie d’un mec dans ma vie. Pour l’instant, du moins. Toi, tu sais gérer les relous, c’est vrai. Moi, comme tu dis, je deviens méchante et je suis de moins en moins hypocrite, je dis cash quand on me prend la tête. Ou je le fais bien montrer, en tout cas !

Dimanche !

Le Champagne ayant fait effet, je suis arrivée chez moi un peu pompette. Et savez-vous ce que j’ai fait alors ? Non ? Je vais vous le dire ! J’ai débloqué Alexandre et je lui ai envoyé un looooong message pour lui dire comme je me sentais. Voici des extraits du message que je lui ai envoyé :

« Je t’ai déjà dit que tu me manquais, hein ? Je t’ai jamais dit à quel point tu m’avais blessée. Et déçue. Surtout blessée. Toi ! […] Et j’ai pas cessé, ensuite, de me demander ce que j’avais pu faire de mal. Tu sais, toi ? J’ai toujours pensé que j’avais été droite avec toi, Alexandre. J’ai toujours été honnête, je t’ai jamais menti, jamais rien caché. […] J’ai l’impression que le vide que je ressens depuis que tu ne fais officiellement plus partie de ma vie fait la taille de la Terre et je sais pas comment t’oublier quand tout me ramène toujours à toi, quand je me dis que l’histoire restera à jamais inachevée parce que tu n’es qu’un abruti de plus qui s’est fichu de moi. J’arrive plus à faire confiance en qui que ce soit, déjà que c’était difficile et je n’arrive plus à m’attacher à personne, à m’intéresser de près à personne en me disant : « Si ça n’a pas marché avec le grand, beau, fort, gentil, merveilleux et parfait Alex, avec qui ça pourra marcher ? ». Réponse : Avec jamais personne parce qu’il ne s’agit plus que du grand et fort Alexandre. Je t’ai placé si haut sur un piédestal que c’est moi que la chute a tuée. ».

Je me disais que j’avais besoin de le dire et que j’aurais tout le temps de regretter le lendemain matin, après avoir dormi. Je me suis donc couchée à 5h du matin, réveillée à 7h40 et sentir sur mes oreillers (j’ignore toujours comment) le parfum du Mec 1, détester ça, me dire qu’il fallait que je change mes draps, me rendormir en pensant à Alexandre que j’ai vu pour la dernière fois en boîte de nuit, deux ans et demi plus tôt et me réveiller à 11h41 avec deux nouveaux messages d’Alexandre.

Grande putain de nouvelle sur Fb : Quand vous débloquez quelqu’un, vous devez attendre 48H pour le bloquer de nouveau. Alex avait pu m’envoyer des messages, lui aussi.

Message 1 : Je suis tellement désolé… <3

Im-So-Sorry

Mon cœur qui fait un bond et mon cerveau qui me dit : « Craque pas, Bibi, surtout, ne craque pas pour ça ».

Message 2 (arrivé au moment où je lisais le message 1) : Je comprends pas ta réaction… Je pensais que tu me connaissais bien mais ça doit pas être le cas, finalement, si tu penses que je me suis fichu de toi.

J’ai eu les larmes aux yeux. Et j’ai préféré ne pas répondre tout de suite. J’avais peur qu’on finisse par se disputer. Je ne m’étais jamais disputé avec Alexandre. Est-ce que ça allait changer ? J’ai fini par comprendre que je l’avais blessé, lui aussi, En le traitant d’abruti, d’abord. Il m’en avait voulu, une fois, quand je lui avais dit ça pour plaisanter et en avouant que pour la première fois de ma vie, je n’avais plus confiance en lui.

J’ai répondu que j’étais désolée, moi aussi, si jamais je l’avais vexé mais qu’il n’avait jamais donné une seule explication, alors, sous la colère, tout ce à quoi j’avais pu penser, c’était ça : qu’il s’était fichu de moi. Je lui ai dit aussi que si je n’avais pas eu cette réaction-là, je l’aurais relancé deux semaines plus tard. Et que c’était à lui de me dire ce qui se serait passé à ce moment-là. Il n’a plus répondu.

Ce qui, entre nous, me pousse un peu plus à croire que c’est bel et bien fini et qu’il ne se passera plus jamais rien entre lui et moi. Je me sens vraiment plus légère parce que je me sentais vraiment mal à garder tout ça pour moi sans qu’Alex sache comment je me sentais vraiment. Il le sait, maintenant. Et j’aime à croire que ça l’a touché un minimum. Et même si c’était des paroles en l’air, ça m’est égal, son : « Je suis tellement désolé », je l’emporterai partout avec moi.

Résultat, j’ai voulu sortir de chez moi pour arrêter de penser à tout ça, alors je suis allée voir Julien, j’ai fait mon lit sans changer mes draps et ce putain de parfum est toujours là ! C’est quoi le délire ?

2 Réponses à “Semaine en roman intégral et Alexandre chapitre 12718”

  1. liliedelaroquette dit :

    Insomnie donc je lis mes articles en retard. Sans connaître la situation en détail (je prends en cours hein…) tu as bien fait de dire ce que tu avais sur le cœur car ça t’aurais pollué looongtemps ! Et je sais de quoi je parle. Alors ? Du coup ? Tu passes à autre chose ou tu es encore accro ?

    Dernière publication sur Lilie de la Roquette : Le Blog Déménage...

    • Bibiche dit :

      Plus accro, non, parce que je commence à me faire à l’idée, donc je passe à autre chose… J’ignore juste combien de temps ça va prendre :/

Laisser un commentaire

La vie d'une adolescente |
Adaytoremember |
Viesoleil |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Un cri sauvage et désespéré
| Les femmes séduites
| Notreangebaptiste